Fady
14Jul

TSARASOA et le respect des traditions

Dans ce pays de montagnes et de légendes, il convient de bien connaître les interdits locaux afin d’éviter de créer des incidents ou froisser des sensibilités.
Si de nombreux « fady » tombent aujourd’hui en désuétude, les fokonolona (communautés) concernés s’adaptant à l’évolution de leur société, il restent encore, en zone rurale, très vivaces et respectés.
Merci de vous conformer à ceux-ci et dans le doute n’hésitez pas à questionner les gens qui vous entourent et qui seront fiers de vous expliquer leurs coutumes.
Je me permets, toutefois, d’attirer votre attention sur deux points particulièrement sensibles :

Il est assez difficile pour un « vahiny » de reconnaître une tombe d’un vulgaire tas de pierre. A priori et dans le doute, je vous demanderais de considérer toutes les pierres et/ou tas de pierres, comme sacrées!
En cas de besoin naturel et pressant, je recommande de vous éloigner simplement des blocs; préférer un espace ouvert plutôt que l’abri d’un rocher qui pourrait bien abriter de lointains ancêtres. Au fil du temps, la végétation s’installe et il est parfois très difficile d’identifier quoi que ce soit. Ne prenez pas le risque de profaner un tombeau, et cantonnez vous aux grandes herbes. Respecter un tombeau ne signifie pas qu’il faille absolument l’éviter et il est tout à fait acceptable de s’asseoir contre une tombe, et même d’y jouer aux cartes si ça vous dit, à partir du moment ou l’on respecte le lieu, en évitant toutes formes de souillures. S’il n’est pas non plus strictement interdit de grimper sur les blocs abritant une sépulture, les inconditionnels prendront soin de ne pas sévir directement au dessus des tombes, ce qui me semble une preuve de politesse, plutôt naturelle.

Les plateaux d’Angabokely et Angabobe sur lesquels se développe Tsarasoa a depuis toujours été un endroit spécial. La présence de nombreux tombeaux atteste du passé culturel de cette colline et il y existe un interdit relatif à la religion que je m’efforce de faire respecter strictement. Le domaine de Tsarasoa est totalement dédié à Zanahary, Créateur de la Nature et des Malgaches.
Il y est interdit d’y amener des livres saints (Bible, Coran, Torah, etc, …) et l’on ne peut y prier que le Dieu originel des Malgaches. Nous vous remercions de laisser vos livres sacrés au Parking; des espaces de culte ont été aménagés sur la partie basse du terrain qui n’est pas soumise aux mêmes restrictions.
Aucune forme de prosélytisme religieux ne pourra être tolérée dans l’enceinte du domaine, nous vous remercions de votre compréhension et œuvrons pour créer un espace de liberté dans le respect des croyances personnelles.

Vu que nous sommes en couverture réseau Telma, Airtel et Orange, nous vous demandons de garder vos téléphones sur vibreur et vous conseillons même d’éteindre vos portables, … Des bornes de recharge (12V) sont disponibles à la cuisine et en terrasse.

Le restaurant couvert est une zone non-fumeur. Pour les tables en terrasse, nous vous laissons libres d’y imposer vos propres règles, bien que par principe, nous préférons voir les fumeurs s’éloigner des tables, au moins, à l’heure des repas. Dans le même ordre d’idée, nous vous remercions de ramener vos mégots au camp pour un recyclage plus écologique.

Nous vous demandons de limiter aux maximum les déplacements de vos véhicules. La vallée et les montagnes la ceinturant sont taillées pour la randonnée, profitez-en! Les parkings sont tous situés sur la partie basse du terrain et nous limitons, tant que possible, l’accès à la zone hébergement/restauration aux véhicules.

Merci de respecter la Faune et la Flore que vous allez découvrir durant votre séjour. Les orchidées restent en forêt, les Pachypodiums sur leurs cailloux et les reptiles sont tous propriétaires des lieux. Pas de prélèvement sauvage, pas de coups de baton intempestif (les serpents Malgaches ne sont pas venimeux!). Nous commençons à produire des plants d’espèces locales en pépinière et entendons bien développer ce volet pour vous permettre de ramener des souvenirs sans dégrader le biotope local.


Tsarasoa et Engagement environnemental

Tsarasoa, sa Genèse, son Histoire, sont intimement liées au développement des opérations de reboisement qui se sont multipliées depuis 1997, au tout début du développement touristique de la vallée.
Ce n’est qu’avec la remise en question de l’autorité du Mpanjaka de la Sahanambo qu’ont réellement pu commencer les programmes de reforestation initiés à notre arrivée dans la Sahanambo. Cette remise en question s’est concrétisée quand plusieurs fokonolona ont pris en mains la destinée de leurs villages respectifs et décidé, contre l’avis royal, de nous céder en 2003, les plateaux d’Angabokely et Angabobe, au dessus du village de Soavahiny.
Notre regretté Mpanjaka Ramboha, avait décrété depuis longtemps qu’il était « fady » de planter des arbres dans la Sahanambo. Avec cette perte d’autorité, la porte était ouverte et je me suis empressé d’initier des reboisements villageois sur tout le territoire de la commune, y compris à Andonaka, village royal. Quelques années plus tard, cet engagement initial a donné naissance à Wood En Stock, une association essentiellement financée par BEAL, qui supervise et organise la quasi totalité des reboisements de la commune de Vohitsaoka. Au fil des saisons, nous avons été sollicité pour intervenir dans d’autres régions et mis en place quelques sites près d’Antsirabe, sur la route de Majunga, le long des Pangalanes, en périphérie de Tananarive, tout en conservant l’essentiel de nos activités dans les fokontany périphériques de Tsarasoa.

Aujourd’hui, avec le développement de notre structure hôtelière, nous avons mis en place un programme de compensation carbone,134U (One Tree For You)
Principe classique d’échange de prestation contre un arbre! Une nuit chez nous permettra de financer un arbre supplémentaire en périphérie des forêts du Tsaranoro.
Tsarasoa est aujourd’hui un établissement au bilan écologique très largement positif
Profitez de votre séjour pour visiter nos pépinières, nous donner un coup de main, entretenir les plantations, faucher, tailler, nos animateurs sauront vous offrir la chance d’avoir un impact (si minime puisse-t-il paraître) sur notre monde, n’hésitez pas à leur en parler.